Krisztina Karvovszki la « Mad’moiselle » MARS du calendrier


THE PAJANY CALENDAR : Tu représentes le mois de mars, qu’est-ce que cela t’évoque?

C’est le mois qui débute le printemps, le printemps c’est ma saison favorite, un nouvel éveil, une nouvelle chance.

©droits réservés à Georges Alexandre

 

 

 

 

 

THE PAJANY CALENDAR : Tu es modèle plus size en Agence, comment cela a démarré pour toi?

Je ne sais pas si mon expérience est représentative. Je n’ai jamais réellement rêvé de devenir modèle ou même modèle grande taille. Je me suis inscrite à un défilé à un Fashion show et c’est comme ça que tout a démarré. J’ai eu  l’opportunité de connaitre tous les aspects de ce metier, les défilés, les éditos, les show room, les designer modestes et les grandes marques. J’ai un Portfolio assez expansif maintenant et je travaille avec 3 agences mais je m’auto-gère la plupart du temps.

©droits réservés à Sylvana Denker Photography

 

 

THE PAJANY CALENDAR : Quel regard portes-tu sur la mode plus size en Hongrie? Quelles sont les différences dans les pays dans lesquels tu travailles?

En Hongrie l’industrie des vêtements grandes tailles n’est pas encore développée. Ce qui me gêne le plus c’est que les gens soient aussi critiques alors qu’une grande partie de la population est en surpoids. C’est un peu comme en France. Je trouve cette attitude hypocrite. Je fais du 42-44 et je suis en parfaite santé, mais je sais que certains me regarderont et penseront que je suis pas mal mais que je devrais peser 10Kg de moins…

©droits réservés à Krista Evenell

 

THE PAJANY CALENDAR : Comment vis tu ton corps? ton image?

J’aime mon corps même si ça n’a pas toujours été le cas, Bien que je n’ai jamais eu de complexe majeur. Mais je peux affirmer que le fait d’être modèle grande taille à complétement modifié la façon dont je me vois et celle dont les autres me voient. Aujourd’hui j’apprecie plus facilement la beauté dans les choses diverses, plutôt que d’assimiler les dictats des medias qui tentent de nous faire croire qu’il n’y a qu’une seule beauté.

©droits réservés à Barbara Felghenhauer Photography

 

 

 

12281671_10153410809804440_125781157_oTHE PAJANY CALENDAR : Quel est ton acteur préféré et quel est ton film favori?

J’aime Nathalie Portman, Isabelle Huppert, Helen Mirren or Judy Dench. Une plus grande divesité au niveau des âges, c’est ce dont Hollywood a besoin aujourd’hui, tout autant qu’une diversité de type de corps. J’ai plusieurs realisateurs favoris, mais Peter Greenaway and Shohei sont les premiers qui me viennent à l’esprit

©droits réservés à Barbara Felghenhauer Photography

 

 

THE PAJANY CALENDAR : Que voulais tu faire comme métier quand tu étais plus jeune?

Je rêvais secretement de devenir une actrice, mais je manquais d’assurance pour le declarer, encore moins pour faire ce qu’il fallait pour. Depuis que j’ai commencé à être modèle, j’ai déjà figuré dans 2 courts metrages and j’ai eu des entretiens telephoniques avec des chargé de casting pour de grands realisateurs. Je ne sais pas si j’ai le talent necessaire, mais le fait de surmonter la peur de dire ce que je veux vraiment faire est une grande etape pour moi, c’est tout benef’!

©Droits réservés Bodogan

 

 

 

 

10929025_10152760984534440_8797847476276313961_oTHE PAJANY CALENDAR : Quel bon souvenir gardes tu de cette journée de shooting pour Pajany Calendar?

C’était une journée amusante, j’adore les shootings, j’aime le moment du makeup, même si ça peut durer des heures, je ne m’ennuie jamais. C’est un moment propice à l’imagination, puis pendant la session, tout prend vie. C’est très intense et j’adore ça

©droits réservés à Barbara Felghenhauer Photography

 

 

12272821_10153410802599440_1720730566_nTHE PAJANY CALENDAR : Une expression dit « le verre est il à moitié plein ou à moitié vide? », comment appréhendes tu les soucis au quotidien?

J’ai appris a etre bien plus positive et a ne pas me décourager au premier obstacle. Il faut considérer chaque experience comme une opportunité d’apprendre quelque chose. De cette façon, il n’y a vraiment rien à perdre

©droits réservés à Sylvana Denker Photography

 

 

 

0